Rencontre Webcam

Se souvenir de moi ?
Vidéo:

puceAccueil vidéos

Cali - L'exil - (2006)


393035
Description:

Cali chante l'amour. C'est surtout comme ça qu'on le connaît. On sait moins qu'il parle de Guerre d'Espagne, d'exil ! Une autre facette de Cali, lorsque sur scène, au Zénith de Lille, en 2006 au moment des rappels, il prend la parole pour expliquer qu'en 1939, à la fin de la Guerre d'Espagne, des centaines de milliers de civils et de combattants anti franquistes franchirent la frontière et se retrouvèrent parqués dans des camps par les autorités françaises, sur les plages du Roussillon. "Quand j'avais dix-huit ans, je m'en foutais quand mon père me disait que j'avais un grand-père qui avait donné sa vie contre le fascisme, dans les Brigades internationales. Aujourd'hui, j'ai l'âge où j'ai envie de rendre hommage à ce grand-père et à tous ceux qui ne sont pas morts, pour leur dire qu'on n'oublie rien". Il en tire une chanson sur l'exil, puissante, fait résonner "No pasarán !", le poing levé, dans les salles de spectacle, et tant pis si la chanson n'est pas reprise en chœur par le public. Et pour cause: elle ne figure pas sur l'album. " Je dédie cette chanson à mon grand-père Giuseppe Caliciuri Italien, il faisait parti des Brigades Internationales Il est parti se battre contre franco Il s'est marié avec ma grand-mère à Barcelone ils ont eu mon père Vincent Caliciuri et puis franco et sa bande d'ordures et puis franco et sa bande de fumiers les ont chassé, pourchassé, viré vers la France Terre d' Acceuil, avec ses camps de concentration Je dédie cette chanson à ceux qui ont tout perdu Je dédie cette chanson à ceux qui laisse derrière eux leurs vies leurs histoires, leurs famille, leur âme ..." Je dois m'enfuir car la guerre approche, nous laissons notre maison comme ça, Aux mains de quelqu'un d'autre, je dois m'enfuir car la guerre est là, Tu venais chez nous autrefois, autrefois c'était avant tout ça, J'étais si fier de te voir au bras, de ma grande sœur Anna Aujourd'hui, j'ai pitié de toi Aujourd'hui, tu es leur soldat Je laisse le vieux chien, il n'a pas sa place pour mourir près de moi Et s'il pleure encore, quand vous viendrez pour tout brûler, C'est qu'il a trop faim ou qu'il est trop vieux Aide-le, je t'en supplie, à crever Et il regarde la charrette vide de tout ce qu'il nous reste, Et le courage de l'abattre, ne me viens pas, ne me viens pas Vide de tout ce qu'il nous reste, s'éloigner dans la nuit, Il gémit et il pleure encore, il sait que je l'abandonne Je pense à lui les nuits, où je suis moins qu'un homme Où je suis moi aussi, affamé et trop vieux Me demandant toujours, sur quel bord de la route Et par quel petit jour, ils vont me laisser là... (No pasaran, no pasaran, no pasaran, no pasaran, no pasaran, no pasaran, no pasaran, no pasaran....)


Commenter cette vidéo:



Noter cette vidéo

 
Note actuel: 10,0
score


Commentaires :