Posté le samedi 29 janvier 2011 à 21:31
par Wiiiii

 
»» Aller au sujet: ««
biographie tony montana

Alfredo James Pacino est né le 25 Avril 1940 à New York, dans le quartier de Harlem. Ses parents, Salvatore
et Rose Pacino
sont d'origines siciliennes. Après avoir effectué quelques "petits boulots", il découvrira le théâtre
à travers Shakespeare
et... Marlon Brando. Décidé à en faire sa vie, il économisera assez pour se payer ses cours à
l'Actor's Studio où il recevra
l'enseignement très particulier de Lee Strasberg, alias Hyman Roth dans "Le Parrain II". Tout comme Brando, ses prestations
théâtrales seront couronnées de succès.
Son aventure cinématographique débute avec une apparition dans "Me, Nathalie" de Fred Coe en 1969, et il obtient
par la suite
le rôle principal dans "Panique à Needle Park" de Jerry Schatzberg en 1970, polar qui se déroule dans
le milieu toxicomane
de Manhattan. Mais c'est en 1972 que tout se joue, avec, bien sûr, "Le Parrain". Coppola tient tête à sa
maison de production
et engage cet italo-américain inconnu pour ce rôle-clé de la saga sicilienne. Triomphe absolu, sa carrière
est propulsée.
En 1973, "L'Epouvantail" et "Serpico" de Sidney Lumet assoieront définitivement sa popularité. Le deuxième
volet du "Parrain"
sera lui aussi un énorme succès, et lui vaudra une nomination aux Oscars dans la catégorie "Meilleur
Acteur".
En 1975, Pacino incarne un nouveau personnage très différent de l'impitoyable Michael Corleone, un braqueur
de banque homosexuel
un peu paumé dans "Un après-midi de chien" de Sidney Lumet. Puis en 1977, il s'essaye au mélo avec "Bobby
Deerfield" de Sidney
Pollack. L'année 1983 lui offrira encore une fois le triomphe et la légende avec le fascinant "Scarface" de
Brian de Palma.
Pacino est époustouflant dans ce rôle de Tony Montana, immigré cubain drogué et fou qui franchit
toutes les barrières hiérarchiques
de la Mafia. Puis ce sera le passage à vide jusqu'en 1990, année du troisième et ultime volet du "Parrain".
Pacino retrouve
le "feeling", et nous offre une prestation merveilleuse d'un Michael Corleone malade se rendant compte qu'il s'est trompé
de destinée. Le personnage meurt mais Pacino revit. En 1995, c'est l'événement : vingt et un an après
"Le Parrain II", "Heat",
de Michael Mann, réunit enfin directement les deux monstres sacrés du cinéma américain. Pacino
- De Niro, l'affrontement est
sublime, le film magnifique, les interprètes entrent dans la légende... En 1996, Pacino passe derrière
la caméra pour "Looking
for Richard", adaptation de "Richard III" de Shakespeare, et documentaire sur le tournage de la pièce. Viendront ensuite
"L'associé
du diable" de Taylor Hackford (1997), "Donnie Brasco" (1997) de Mike Newell, superbe rôle d'un mafioso de second ordre
aux
côtés de Johnny Depp. Récemment, Al Pacino nous a délivré deux belles prestations, tout
d'abord aux côtés de Russell Crowe,
dans "Révélations" de Michael Mann, puis dans "Any given Sunday" d'Oliver Stone. Mais après avoir réalisé
un autre long-métrage
intitulé "Chinese coffee", l'acteur s'est mis au vert pour s'occuper de ses deux bébés jumeaux avant
de revenir en force avec
"Simone", film satirique très remarqué. Pacino semble être en pleine boulimie de travail, pour notre plus
grand plaisir...
Texte fait par wwikipedia